Étonnante résolution de 46 MP. Fidélité des couleurs et dégradés à couper le souffle

Plus de pixels : est-ce que ça compte ?

Les reflex numériques actuels ont un nombre impressionnant de pixels qui semble suffisant pour générer des images de haute résolution dont les agrandissements satisfont à un examen attentif. D'où l'argument souvent avancé que la course aux pixels ne signifie plus rien car le nombre actuel est suffisant.

La question retrouve son intérêt si l'on comprend que la résolution n'est pas seulement liée au nombre de pixels. Dans une photo, la résolution dépend des interactions entre de nombreux facteurs, tels que les caractéristiques de l'objectif, la force du filtre passe-bas, la réduction du bruit et les paramètres de traitement du contraste et de la netteté.

En soi, accroître le nombre de pixels ne conduit pas nécessairement à une amélioration de la qualité d'image.

Regardez le capteur d'image directe de 14MP des Sigma SD15 et DP1/DP2. Malgré le nombre limité de 4,6 MP pixels de l'image finale, ce capteur produit des images dont l'excellente résolution est largement reconnue.

Quand résolution rime avec naturel

Malgré tout, Sigma considère qu'augmenter le nombre de pixels est souhaitable et nécessaire pour obtenir un rendu le plus naturel possible. Dans les boîtiers conventionnels, la limite de résolution est déterminée par le nombre de pixels. Si un certain seuil (de fréquence spatiale) est dépassé sur un sujet, l'appareil perd subitement toute capacité à le reproduire. C'est l'une des raisons pour lesquelles des images comportant de fins détails peuvent avoir un rendu peu naturel.

Imaginons que vous photographiez un paysage avec des herbes en avant-plan et une montagne en arrière-plan. Les brins d'herbe peuvent être correctement résolus par endroit, mais leur densité peut dépasser la limite de résolution ailleurs. Par contre, les crêtes et les pentes de la montagne au loin ont une fréquence spatiale suffisamment basse pour être résolues. Autrement dit, l'avant-plan paraîtra flou par endroits alors que le fond sera net partout. L'œil aurait vu l'inverse : des brins d'herbe parfaitement distincts et la montagne un peu estompée dans le lointain.

Cette limite de résolution, qui peut se retrouver à l'opposé de la vision humaine, peut être inéluctable du fait des lois de la physique. Mais Sigma considère que l'innovation peut rendre le problème quasi imperceptible et obtenir une restitution plus naturelle de l'image.

Par tant, nous estimons possible de prendre des photos pouvant être fortement agrandies sans problèmes et qui restituent une ambiance tridimensionnelle même en petits formats.

Ça vaut donc la peine d'augmenter la résolution. Non pour gagner la course aux pixels ou même faciliter les agrandissements. Pour Sigma, c'est le meilleur moyen d'obtenir des images plus naturelles.

L'équivalent de 30MP, la qualité émotionnelle en plus

Le capteur de 46 millions de pixels du SD1 change de registre en triplant la résolution de 14MP du capteur utilisé jusqu'ici dans les boîtiers Sigma, tout en conservant la "qualité émotionnelle" des images qui est l'apanage d'un système de capture pleine couleur.

En agrandissant le capteur à la taille APS-C (ratio de 1.5x en équivalence de focale) tout en diminuant la taille des pixels, le nombre de pixels a considérablement augmenté jusqu'à 46 millions (4,800 x 3,200 x 3).

La résolution de luminance de ce capteur est en fait équivalente à celle d'un capteur CFA de 30 millions de pixels quand on la mesure avec les chartes normalisées N&B utilisées habituellement dans les tests. Grâce à la résolution de chrominance hors du commun qui est, elle, sans filtre passe-bas et vierge de toute interpolation, Sigma fait un bond en avant audacieux, poussant encore plus loin les avantages d'un capteur d'image directe. Technologiquement et qualitativement, le SD1 prend une avance considérable.

Voici enfin un capteur pour tous ceux qui ont un jour rêvé d'un boîtier numérique capable d'une qualité d'image proche de la perfection.

A propos de la génération “Merrill”
Le capteur d’image directe Foveon X3® utilise une technologie développée à l'origine par Dick Merrill (1949-2008), ce brillant ingénieur et photographe talentueux. Ce système de capture d’image révolutionnaire reflète les côtés artistiques et technologiques de la personnalité de D. Merrill. Pour exprimer la passion de Sigma pour la photographie et en mémoire du génie de Dick Merrill, nous avons nommé la dernière génération du capteur d’image directe Foveon X3® le "Foveon Merrill".

PRINCIPES

PHILOSOPHIE

ORIGINALITÉ

TECHNOLOGIES

GALERIE

TÉLÉCHARGEMENT